` AUDIT DES PÊCHES 2021

Rebâtir l’abondance de nos poissons sauvages : une vision sur cinq ans

Imaginez un avenir où des océans abondants soutiennent toutes les communautés côtières, les peuples autochtones et une économie océanique florissante. Le Canada possède les outils nécessaires pour concrétiser cette vision : des investissements importants, une expertise de premier ordre et une Loi sur les pêches modernisée, dont les dispositions priorisent la santé des écosystèmes marins.

Mais nous n’avons plus de temps à perdre. Des douzaines de stocks sont toujours épuisés, des décennies après leur effondrement. La valeur des produits de la mer canadiens dépend d’une poignée d’espèces, ce qui nous rend économiquement vulnérables à toute baisse de ces stocks. Le développement côtier et l’exploitation des ressources sont en progression. Et les changements climatiques engendrent pression et incertitude, modifiant la répartition des espèces et les écosystèmes marins.

Il est plus nécessaire que jamais d’adopter une gestion fondée sur la science et le principe de précaution, pour renforcer la résilience de nos pêches, les protéger contre les risques liés aux changements climatiques et créer une économie bleue florissante. Pour cela, il faut élaborer et exécuter des plans de rétablissement solides, fondés sur la science, les connaissances autochtones et les données de surveillance.

Certaines réalités sont incontrôlables, comme les fluctuations naturelles du nombre de poissons. Et certains défis, comme les changements climatiques, ne pourront être maîtrisés que sur plusieurs générations. Ce que le gouvernement peut et doit contrôler aujourd’hui, c’est notre approche de la gestion des pêches, afin de rendre les écosystèmes et les populations de poissons sauvages aussi résilients que possible.

Nous avons constaté certains progrès. Le Canada possède plusieurs outils politiques pour l’aider à respecter ses engagements internationaux. En 2017, le MPO a établi le plan de travail du Cadre pour la pêche durable avec l’objectif de les réaliser. En 2019, le gouvernement fédéral a dévoilé une nouvelle Loi sur les pêches et a engagé 100 millions de dollars sur cinq ans pour évaluer et reconstituer les stocks de poissons.

Mais comme le montrent les indicateurs d’Oceana Canada, le gouvernement a été trop lent à mettre en œuvre ces politiques et ces fonds. Ces échecs ont un impact important : dans les cinq dernières années, l’état de santé des stocks canadiens ne s’est pas amélioré, et moins de la moitié des stocks en état critique ont des plans de rétablissement.

Le Canada a les bons outils; il est temps de passer à l’action. En appliquant rigoureusement des approches de gestion écosystémique déjà existantes, nous pouvons reconstituer les populations de poissons sauvages. Ainsi, nous créerons un avenir où des océans abondants soutiennent des communautés côtières prospères, contribuent à la prospérité post-pandémique du Canada et aident à nourrir le monde entier.

trap

Crédit photo : iStock/RnDmS